Les Dimanches de la Canebière font leur rentrée sous le signe du patrimoine

C’est reparti ! Les parfums alléchants des étals des commerçants, les jeux de société où se confrontent petits et grands, les musiciens et leurs airs qui font danser l’artère la plus connue de Marseille … Les Dimanches de la Canebière sont de retour aujourd’hui et ils devraient se poursuivre jusqu’au dernier dimanche de novembre. Après une pause en fin d’année, ils reprendront en 2018, mais pourraient avoir lieu les premiers dimanches du mois –plutôt que les derniers du mois comme c’était le cas jusqu’alors-, afin de coïncider avec le jour de la gratuité des musées. C’est en tout cas ce qu’a expliqué Sabine Bernasconi, maire des 1er et 7eme arrondissements.

En plus des habitués de l’événement tels que Terre ludique et ses jeux, le marché des créateurs, celui des producteurs ou encore les indémodables bouquinistes, la Canebière accueillera des acteurs qui sauront mettre en valeur le patrimoine, le thème du jour. Un choix qui se veut dans le prolongement des Journées européennes du patrimoine des 16 et 17 septembre derniers.

Pour valoriser le mobilier urbain, l’association « Cabanon vertical » s’est attelée, ces derniers jours, à repenser la fontaine des Mobiles, square Stalingrad. Elle y a adossé une carte d’orientation assortie de grandes photos d’archive pour attirer les regards et célébrer l’histoire du quartier. Des balades urbaines seront également proposées tout au long de la journée. Une journée qui n’oubliera pas non plus le patrimoine musical ; le Muséon d’art latin proposera un concert de toutouro, une trompette d’argile autrefois utilisée lors des rites d’appel du vent, quand venait la saison des moissons. Plus inattendu peut-être, le Rock’n’roll sera également de la partie avec Phocea Rock. Question budget, la programmation artistique a coûté 95 000 euros à la mairie, auxquels s’ajoutent 11 000 euros pour la sécurité privée, en complément de ce qui a été investi par la ville et la Préfecture de police.

 « La préfiguration du centre-ville de demain »

Si la mairie investit ces sommes, c’est parce qu’elle souhaite « renouer avec un centre-ville qui soit un cœur culturel, où on se retrouve pour profiter des commerces et de la culture », explique Sabine Bernasconi. Et dans cette visée, les dimanches de la Canebière ne sont, selon les mots de l’élue, « pas seulement un moment d’animation ; ils sont la préfiguration du centre-ville de demain, piétonnisé, avec une promenade agréable, fort de son identité culturelle et historique ». Une pierre à un édifice plus large donc, incluant la piétonisation mais aussi le développement des pistes cyclables et la végétalisation des rues. La mairie de secteur souhaite par ailleurs favoriser l’installation de commerces « de charme », c’est-à-dire reposant sur des concepts originaux. Parmi les autres projets sur les rails, la création, près du théâtre du Gymnase, d’un parcours des arts matérialisé au sol. Quant au cinéma annoncé à la place de l’actuelle mairie, « il semblerait que la concrétisation soit imminente, et que la mairie devrait bientôt déménager», a précisé Sabine Bernasconi.

Maëva Gardet-Pizzo

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s